Bienvenu !

15112008

Bonjour à tous nos visiteurs.

 

Nous sommes deux étudiants en soins infirmiers Florence et Grégory.

Nous avons souhaité créer ce site pour avoir un lieu convivial où nous vous raconterons nos expériences et où vous pourrez venir discuter avec nous.

Nous avons également pensé à rajouter une rubrique pratique où vous trouverez des informations sur le métier ou des aides pour les cours.

 

Bonne visite à tous.




A…

16112008

Abarognosie : trouble neurologique qui correspond à la perte de la reconnaissance des sensations de poids. Cette affection touche les barorécepteurs, récepteurs spécifiques de la perception de la pesanteur, mais aussi sensibles aux variations de la pression artérielle, notamment pour ceux qui sont situés dans la crosse aortique et au niveau du sinus carotidien.

Abarthrose : articulation « classique simple » mobile, par opposition aux articulations semi-mobiles comme les articulations vertébrales, ou fixes comme les sutures crâniennes. Elle est constituée d’une cavité articulaire, limitée par la capsule ligamentaire et la synoviale (contenant la synovie lubrifiante) et les extrémités ou épiphyses osseuses, recouvertes de cartilage articulaire. Ce type d’articulation permet en général des mouvements de grande amplitude.

Abarticulaire : Qui n’affecte pas directement une articulation ou qui est situé loin d’elle. Exemple : rhumatisme abarticulaire, douleur abarticulaire. Autres pathologies abarticulaires : les syndromes canalaires (canal carpien, canal tarsien), les tendinites et ténosynovites, le kyste synovial et le kyste poplité. En fait, les rhumatologues distinguent une pathologie abarticulaire de l’épaule, du coude, de la main et du poignet, de la hanche, du genou, de la cheville et du pied.

Abasie : trouble neurologique et/ou psychique souvent associé à l’astasie (impossibilité de rester en station debout), qui se traduit par l’incapacité totale ou partielle de marcher, alors que le tonus, la force musculaire, la sensibilité et la coordination restent intacts. Cette affection peut être due à un traumatisme du cervelet (hémisphères cérébelleux) ou du labyrinthe, un AVC (accident vasculaire cérébral), voire même à une tumeur ou une infection. L’abasie se rencontre notamment dans certaines formes de névroses et d’hystérie. Lorsqu’elle est associée à l’astasie, cette affection est appelée astasie-abasie.

Abaxial : Qui est situé en-dehors de l’axe du corps ou de celui d’un organe.

Abcédation Abcès Abcès chaud Abcès froid : Un abcès ou empyème est un amas de pus constitué à partir d’un foyer d’infection local, dans une partie du corps et qui refoule ou détruit les tissus environnants. Selon les cas, on parle d’abcès chaud s’il s’accompagne d’une réaction inflammatoire de l’organisme, conséquence du développement de certaines bactéries (staphylocoques, streptocoques, entre autres) ou d’abcès froid s’il se développe sans réaction inflammatoire, comme dans la tuberculose ou certaines mycoses par exemple. L’abcédation est le processus qui fait évoluer un foyer d’infection en une collection de pus, au détriment des tissus environnants.

Abduction Abducteur : Mouvement qui écarte un membre ou un segment d’un membre loin du corps (le contraire est l’adduction). Les muscles qui sont responsables de ces mouvements d’abduction sont appelés muscles abducteurs. Les principales articulations concernées sont celles du pouce, de l’épaule et de la hanche, et leur sollicitation excessive peut provoquer des tendinites, bien connues des joueurs de rugby et de football.

Abembryonnaire : Caractérise un organe situé à distance de l’embryon.

Abêtalipoprotéinémie : Maladie héréditaire autosomique récessive (les deux parents doivent être atteints pour que leurs enfants le soient) due à l’absence de l’apoprotéine B, constituant principal des ß lipoprotéines, des pré-ß lipoprotéines et des chilomicrons. Elle est caractérisée par une hypolipidémie (pas assez de lipides dans le sang), une ataxie neuromusculaire progressive, une rétinite pigmentaire, une acanthocytose et une stéatorrhée.

Abiogenèse Abiogénétique : Théorie ancienne selon laquelle des êtres vivants pouvaient être produits directement à partir de la matière brute. Terme synonyme de génération spontanée. Pasteur démontre que les germes n’apparaissent pas spontanément dans les milieux fermentescibles, mais qu’ils proviennent du milieu environnant et se multiplient lorsqu’ils rencontrent des conditions favorables. Un milieu nutritif stérilisé par chauffage ne peut pas fermenter s’il est conservé à l’abri des germes : telle est la fameuse conclusion des expériences avec les ballons à « col de cygne ». En 1862, Pasteur affirme « la génération spontanée est une chimère : chaque fois qu’on y a cru, on a été le jouet d’une erreur ». Adj. : abiogénétique.

Abiose : L’abiose est la suspension apparente de la vie. Nom donné à certains états pathologiques entraînés par la mort individuelle d’éléments organiques simples, tels que la dégénérescence de certains faisceaux de fibres nerveuses médullaires. Voir abiotrophie.

Abiotinose : Maladie relativement rare, due à l’absence ou à une carence de biotine, aussi appelée vitamine B8 ou vitamine H. Les principaux symptômes de l’abiotinose sont une desquamation de la peau, un teint grisâtre, une asthénie (fatigue intense), une alopécie (chute des cheveux), des nausées etc. Des cas d’abiotinose ont été observés chez des patients ayant subi de nombreuses perfusions dans lesquelles il n’y avait pas ou pas assez de biotine. On note aussi l’existence d’une forme héréditaire de cette maladie, qui perturbe le métabolisme de la vitamine B8.

Abiotique : Se dit de ce qui est impropre à la vie ou de ce qui ne fait pas intervenir les êtres vivants. La surface du Soleil, l’alcool pur (100%) sont abiotiques.

Abiotrophie Abiotrophique : Processus dégénératif atteignant les cellules vivantes, en particulier celles du système nerveux. Ce processus est comparable à l’apoptose, phénomène qui entraîne la mort cellulaire. Adj. abiotrophique : qui est atteint(e) d’abiotrophie.

Abiurétique : Qui ne répond pas à la réaction du biuret, cette réaction étant caractéristique de la mise en évidence de certains protides, utilisant le sulfate de cuivre et une base forte, comme la potasse. Se dit notamment de certains produits de la dégradation des protéines.




Livres

16112008

Livres dans Livres livres-38507

En cliquant sur l’image ci-dessus vous accèderez à notre sélection de livres utiles pour le concours et les études d’infirmière.

Ci-dessous vous trouverez nos commentaires sur chaque ouvrage.

Concours d’entrée Infirmier : Admission en I.F.S.I.
Dans cet ouvrage vous trouverez une présentation très claire et détaillée du concours ainsi que des conseils pour bien préparer le concours.
Pour l’épreuve de culture générale 7 grands thèmes sanitaires et sociaux sont expliqués et accompagnés d’un test pour chaque thème afin de vérifier vos acquis. Le tous corrigé.
Pour la partie tests psychotechniques(TP) vous disosez de 5 fiches cours sur les catégories de TP avec des explications pour les différents types d’exercices rencontrés. Chaque fiche étant suivit d’un entrainement corrigé.
A la fin de ce cahier se trouve une explication de l’épreuve d’admission ou oral, avec des exemples de sujets de concours. On vous parlera également de l’après concours, de la formation et du métier.

Concours d’entrée IFSI : Pour réussir les tests psychotechniques et l’entretien :
Ce livre est majoritairement consacré aux tests psychotechniques. Les tests sont divisés en 4 grandes catégories puis en types d’exercices. Pour chaque type d’exercice il y a d’abord un cours explicatif qui donne la démarche à suivre pour résoudre les exercices puis des exercices à réaliser et un corrigé. A la fin vous trouverez une excellente analyse et conseils pour l’entretin.

Comment réussir le concours d’admission IFSI :
Dans ce guide vous trouverez tout d’abord des points clés pour réussir votre écrit. Ce livre contient également des cours bien résumés sur 25 grands thèmes sanitaires et sociaux accompagnés de schémas. A la suite de chaque cours 5 textes accompagnés d’une question (comme le jour du concours) corrigés. Il y a également une partie sur les tests psychotechniques mais c’est un résumé de «  Concours d’entrée I.F.S.I. : Pour réussir les tests psychologiques et l’entretien  ». Enfin, quelques lignes sur le déroulement de l’oral, les points important et les astuces.

IDE Protocoles :
Cet ouvrage rassemble les 99 gestes principaux de l’IDE. Les gestes sont classés en 12 grandes catégories. Pour chaque protocole une définition est donnée, des indications, les contre-indications, la législation autour du soin, le matériel nécessaire et la surveillance IDE. Les gestes sont expliqués par des photos de chaque étapes ainsi que d’un texte explicatif.




Le concours d’entrée

16112008

Pour intégrer un IFSI il faut d’abord satisfaire un concours d’entrée. Il suffit de demander un dossier d’inscription dans l’école de votre choix (entre janvier et avril). Une somme d’environ 100€ vous sera demandée par concours présenté.
Il faut savoir que l’ont peut seulement se présenter à une école par département par an, étant donné que l’épreuve d’admissibilité se déroule le même jour pour toutes les écoles du département (sauf exception).

Le concours se passe en 2 phases : l’épreuve d’admissibilité et l’épreuve d’admission.
L’épreuve d’admissibilité, ou vulgairement appellée l’écrit, est notre sur 40 points; 20 points pour la partie culture générale et 20 points pour les tests psychotechniques. Il s’agit de répondre à 5 questions sur des thèmes sanitaires et sociaux accompagnées d’un court texte en 2h puis de réaliser des petits jeux de logique, de résoudre des problèmes ou de faire du calcul en 1h30. Attention : le brouillon n’est généralement autorisé que pour la culture générale !
Il faut obtenir une note égale ou supérieure à 20/40, sachant qu’un notre inférieure à 7/20 à l’une des parties est éliminatoire, pour accéder à l’épreuve d’admission ou oral.
Cette épreuve consiste à préparer un petit exposé à partir d’une phrase ou question (toujours sur des thèmes sanitaires et sociaux) en 10 minutes qu’il faudra exposer à un jury de 3 personnes (1 formateur en IFSI, 1 cadre infirmier et 1 responsable de formation ou psychologue). L’entretien dure 20 minutes; environ 10 minutes pour l’exposé et son débat puis 10 minutes pour parler de la motivation du candidat, ses connaissances sur la formation, le métier. Ce dernier est noté sur 20 points. Une notre égale ou supérieure à 10/20 sanctionne l’admission.

Les candidats sont alors classés selon leurs résultats aux 3 épreuves cumulés (60points).
Plus de candidats que de places signifie qu’il faut être parmis les meilleurs…principe du concours!

Bonne chance à tous!




Grégory

15112008

Je m’appelle Grégory et j’ai 24ans. J’ai tout d’abord fait un baccalauréat professionnel en comptabilité puis deux années de psychologies et enfin décroché le diplôme d’état d’aide-soignant.

J’ai travaillé au bloc opértoire de la clinique de Haguenau pendant 3 mois et actuellement, et ce jusqu’à la rentrée de février 2009 à l’ifsi de Brumath, je travaille de nuit dans une maison de retraite à Bischwiller.




Florence

15112008

Je m’appelle Florence, je suis une jeune femme de 18ans qui a pour passion…mon métier : infirmière.

Sur le plan scolaire j’ai passé mon baccalauréat scientifique (S) la même année où j’ai présenté les concours d’entrée en école d’infirmière. J’ai donc réussi mon bac ainsi que l’admission dans 4 ifsi (instituts de formation de soins infirmiers) : Brumath (67), Colmar (68), Nancy-Brabois (54) et Sarrebourg (57).

J’ai choisi d’intégrer l’école de Brumath et sa rentrée ne se fesant que fin février 2009 je travaille en intérimaire jusqu’à la rentrée parce que les études sont malgré tout couteuses, non pas les cours mais les à côtés.







Li-Vi-Dao |
infirmière libérale |
réflexologie et relaxation |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La RCH s'est incrustée...
| prepconcours28
| AMW FORMATIONS